lundi 13 juillet 2009

Michael Jackson à Oxford

Heal The Kids - Oxford SpeechOxford University, March 2001 by Michael Jackson

Thank you, thank you dear friends, from the bottom of my heart, for such a loving and spirited welcome, and thank you, Mr President, for your kind invitation to me which I am so honoured to accept. I also want to express a special thanks to you Shmuley, who for 11 years served as Rabbi here at Oxford. You and I have been working so hard to form Heal the Kids, as well as writing our book about childlike qualities, and in all of our efforts you have been such a supportive and loving friend. And I would also like to thank Toba Friedman, our director of operations at Heal the Kids, who is returning tonight to the alma mater where she served as a Marshall scholar, as well as Marilyn Piels, another central member of our Heal the Kids team.
I am humbled to be lecturing in a place that has previously been filled by such notable figures as Mother Theresa, Albert Einstein, Ronald Reagan, Robert Kennedy and Malcolm X. I've even heard that Kermit the Frog has made an appearance here, and I've always felt a kinship with Kermit's message that it's not easy being green. I'm sure he didn't find it any easier being up here than I do!
As I looked around Oxford today, I couldn't help but be aware of the majesty and grandeur of this great institution, not to mention the brilliance of the great and gifted minds that have roamed these streets for centuries. The walls of Oxford have not only housed the greatest philosophical and scientific geniuses - they have also ushered forth some of the most cherished creators of children's literature, from J.R.R. Tolkien to CS Lewis. Today I was allowed to hobble into the dining hall in Christ Church to see Lewis Carroll's Alice in Wonderland immortalised in the stained glass windows. And even one of my own fellow Americans, the beloved Dr Seuss graced these halls and then went on to leave his mark on the imaginations of millions of children throughout the world.
I suppose I should start by listing my qualifications to speak before you this evening. Friends, I do not claim to have the academic expertise of other speakers who have addressed this hall, just as they could lay little claim at being adept at the moonwalk - and you know, Einstein in particular was really TERRIBLE at that.
But I do have a claim to having experienced more places and cultures than most people will ever see. Human knowledge consists not only of libraries of parchment and ink - it is also comprised of the volumes of knowledge that are written on the human heart, chiselled on the human soul, and engraved on the human psyche. And friends, I have encountered so much in this relatively short life of mine that I still cannot believe I am only 42. I often tell Shmuley that in soul years I'm sure that I'm at least 80 - and tonight I even walk like I'm 80! So please harken to my message, because what I have to tell you tonight can bring healing to humanity and healing to our planet.
Through the grace of God, I have been fortunate to have achieved many of my artistic and professional aspirations realised early in my lifetime. But these, friends are accomplishments, and accomplishments alone are not synonymous with who I am. Indeed, the cheery five-year-old who belted out Rockin' Robin and Ben to adoring crowds was not indicative of the boy behind the smile.
Tonight, I come before you less as an icon of pop (whatever that means anyway), and more as an icon of a generation, a generation that no longer knows what it means to be children.
All of us are products of our childhood. But I am the product of a lack of a childhood, an absence of that precious and wondrous age when we frolic playfully without a care in the world, basking in the adoration of parents and relatives, where our biggest concern is studying for that big spelling test come Monday morning.
Those of you who are familiar with the Jackson Five know that I began performing at the tender age of five and that ever since then, I haven't stopped dancing or singing. But while performing and making music undoubtedly remain as some of my greatest joys, when I was young I wanted more than anything else to be a typical little boy. I wanted to build tree houses, have water balloon fights, and play hide and seek with my friends. But fate had it otherwise and all I could do was envy the laughter and playtime that seemed to be going on all around me.
There was no respite from my professional life. But on Sundays I would go Pioneering, the term used for the missionary work that Jehovah's Witnesses do. And it was then that I was able to see the magic of other people's childhood.
Since I was already a celebrity, I would have to don a disguise of fat suit, wig, beard and glasses and we would spend the day in the suburbs of Southern California, going door-to-door or making the rounds of shopping malls, distributing our Watchtower magazine. I loved to set foot in all those regular suburban houses and catch sight of the shag rugs and La-Z-Boy armchairs with kids playing Monopoly and grandmas baby-sitting and all those wonderful, ordinary and starry scenes of everyday life. Many, I know, would argue that these things seem like no big deal. But to me they were mesmerising.
I used to think that I was unique in feeling that I was without a childhood. I believed that indeed there were only a handful with whom I could share those feelings. When I recently met with Shirley Temple Black, the great child star of the 1930s and 40s, we said nothing to each other at first, we simply cried together, for she could share a pain with me that only others like my close friends Elizabeth Taylor and McCauley Culkin know.
I do not tell you this to gain your sympathy but to impress upon you my first important point : It is not just Hollywood child stars that have suffered from a non-existent childhood. Today, it's a universal calamity, a global catastrophe. Childhood has become the great casualty of modern-day living. All around us we are producing scores of kids who have not had the joy, who have not been accorded the right, who have not been allowed the freedom, or knowing what it's like to be a kid.
Today children are constantly encouraged to grow up faster, as if this period known as childhood is a burdensome stage, to be endured and ushered through, as swiftly as possible. And on that subject, I am certainly one of the world's greatest experts.
Ours is a generation that has witnessed the abrogation of the parent-child covenant. Psychologists are publishing libraries of books detailing the destructive effects of denying one's children the unconditional love that is so necessary to the healthy development of their minds and character. And because of all the neglect, too many of our kids have, essentially, to raise themselves. They are growing more distant from their parents, grandparents and other family members, as all around us the indestructible bond that once glued together the generations, unravels.
This violation has bred a new generation, Generation O let us call it, that has now picked up the torch from Generation X. The O stands for a generation that has everything on the outside - wealth, success, fancy clothing and fancy cars, but an aching emptiness on the inside. That cavity in our chests, that barrenness at our core, that void in our centre is the place where the heart once beat and which love once occupied.
And it's not just the kids who are suffering. It's the parents as well. For the more we cultivate little-adults in kids'-bodies, the more removed we ourselves become from our own child-like qualities, and there is so much about being a child that is worth retaining in adult life.
Love, ladies and gentlemen, is the human family's most precious legacy, its richest bequest, its golden inheritance. And it is a treasure that is handed down from one generation to another. Previous ages may not have had the wealth we enjoy. Their houses may have lacked electricity, and they squeezed their many kids into small homes without central heating. But those homes had no darkness, nor were they cold. They were lit bright with the glow of love and they were warmed snugly by the very heat of the human heart. Parents, undistracted by the lust for luxury and status, accorded their children primacy in their lives.
As you all know, our two countries broke from each other over what Thomas Jefferson referred to as "certain inalienable rights". And while we Americans and British might dispute the justice of his claims, what has never been in dispute is that children have certain inalienable rights, and the gradual erosion of those rights has led to scores of children worldwide being denied the joys and security of childhood.
I would therefore like to propose tonight that we install in every home a Children's Universal Bill of Rights, the tenets of which are:
1. The right to be loved without having to earn it
2. The right to be protected, without having to deserve it
3. The right to feel valuable, even if you came into the world with nothing
4. The right to be listened to without having to be interesting
5. The right to be read a bedtime story, without having to compete with the evening news
6. The right to an education without having to dodge bullets at schools
7. The right to be thought of as adorable - (even if you have a face that only a mother could love).
Friends, the foundation of all human knowledge, the beginning of human consciousness, must be that each and every one of us is an object of love. Before you know if you have red hair or brown, before you know if you are black or white, before you know of what religion you are a part, you have to know that you are loved.
About twelve years ago, when I was just about to start my Bad tour, a little boy came with his parents to visit me at home in California. He was dying of cancer and he told me how much he loved my music and me. His parents told me that he wasn't going to live, that any day he could just go, and I said to him: "Look, I am going to be coming to your town in Kansas to open my tour in three months. I want you to come to the show. I am going to give you this jacket that I wore in one of my videos." His eyes lit up and he said: "You are gonna GIVE it to me?" I said "Yeah, but you have to promise that you will wear it to the show." I was trying to make him hold on. I said: "When you come to the show I want to see you in this jacket and in this glove" and I gave him one of my rhinestone gloves - and I never usually give the rhinestone gloves away. And he was just in heaven.
But maybe he was too close to heaven, because when I came to his town, he had already died, and they had buried him in the glove and jacket. He was just 10 years old. God knows, I know, that he tried his best to hold on. But at least when he died, he knew that he was loved, not only by his parents, but even by me, a near stranger, I also loved him. And with all of that love he knew that he didn't come into this world alone, and he certainly didn't leave it alone.
If you enter this world knowing you are loved and you leave this world knowing the same, then everything that happens in between can he dealt with. A professor may degrade you, but you will not feel degraded, a boss may crush you, but you will not be crushed, a corporate gladiator might vanquish you, but you will still triumph. How could any of them truly prevail in pulling you down? For you know that you are an object worthy of love. The rest is just packaging.
But if you don't have that memory of being loved, you are condemned to search the world for something to fill you up. But no matter how much money you make or how famous you become, you will still fell empty. What you are really searching for is unconditional love, unqualified acceptance. And that was the one thing that was denied to you at birth.
Friends, let me paint a picture for you. Here is a typical day in America - six youths under the age of 20 will commit suicide, 12 children under the age of 20 will die from firearms - remember this is a DAY, not a year - 399 kids will be arrested for drug abuse, 1,352 babies will be born to teen mothers. This is happening in one of the richest, most developed countries in the history of the world.
Yes, in my country there is an epidemic of violence that parallels no other industrialised nation. These are the ways young people in America express their hurt and their anger. But don't think that there is not the same pain and anguish among their counterparts in the United Kingdom. Studies in this country show that every single hour, three teenagers in the UK inflict harm upon themselves, often by cutting or burning their bodies or taking an overdose. This is how they have chosen to cope with the pain of neglect and emotional agony.
In Britain, as many as 20% of families will only sit down and have dinner together once a year. Once a year! And what about the time-honoured tradition of reading your kid a bedtime story? Research from the 1980s showed that children who are read to, had far greater literacy and significantly outperformed their peers at school. And yet, less than 33% of British children ages two to eight have a regular bedtime story read to them. You may not think much of that until you take into account that 75% of their parents DID have that bedtime story when they were that age.
Clearly, we do not have to ask ourselves where all of this pain, anger and violent behaviour comes from. It is self-evident that children are thundering against the neglect, quaking against the indifference and crying out just to be noticed. The various child protection agencies in the US say that millions of children are victims of maltreatment in the form of neglect, in the average year. Yes, neglect. In rich homes, privileged homes, wired to the hilt with every electronic gadget. Homes where parents come home, but they're not really home, because their heads are still at the office. And their kids? Well, their kids just make do with whatever emotional crumbs they get. And you don't get much from endless TV, computer games and videos.
These hard, cold numbers which for me, wrench the soul and shake the spirit, should indicate to you why I have devoted so much of my time and resources into making our new Heal the Kids initiative a colossal success.
Our goal is simple - to recreate the parent/child bond, renew its promise and light the way forward for all the beautiful children who are destined one day to walk this earth.
But since this is my first public lecture, and you have so warmly welcomed me into your hearts, I feel that I want to tell you more. We each have our own story, and in that sense statistics can become personal.
They say that parenting is like dancing. You take one step, your child takes another. I have discovered that getting parents to re-dedicate themselves to their children is only half the story. The other half is preparing the children to re-accept their parents.
When I was very young I remember that we had this crazy mutt of a dog named "Black Girl," a mix of wolf and retriever. Not only wasn't she much of a guard dog, she was such a scared and nervous thing that it is a wonder she did not pass out every time a truck rumbled by, or a thunderstorm swept through Indiana. My sister Janet and I gave that dog so much love, but we never really won back the sense of trust that had been stolen from her by her previous owner. We knew he used to beat her. We didn't know with what. But whatever it was, it was enough to suck the spirit right out of that dog.
A lot of kids today are hurt puppies who have weaned themselves off the need for love. They couldn't care less about their parents. Left to their own devices, they cherish their independence. They have moved on and have left their parents behind.
Then there are the far worse cases of children who harbour animosity and resentment toward their parents, so that any overture that their parents might undertake would be thrown forcefully back in their face.
Tonight, I don't want any of us to make this mistake. That's why I'm calling upon all the world's children - beginning with all of us here tonight - to forgive our parents, if we felt neglected. Forgive them and teach them how to love again.
You probably weren't surprised to hear that I did not have an idyllic childhood. The strain and tension that exists in my relationship with my own father is well documented. My father is a tough man and he pushed my brothers and me hard, from the earliest age, to be the best performers we could be.
He had great difficulty showing affection. He never really told me he loved me. And he never really complimented me either. If I did a great show, he would tell me it was a good show. And if I did an OK show, he told me it was a lousy show.
He seemed intent, above all else, on making us a commercial success. And at that he was more than adept. My father was a managerial genius and my brothers and I owe our professional success, in no small measure, to the forceful way that he pushed us. He trained me as a showman and under his guidance I couldn't miss a step.
But what I really wanted was a Dad. I wanted a father who showed me love. And my father never did that. He never said I love you while looking me straight in the eye, he never played a game with me. He never gave me a piggyback ride, he never threw a pillow at me, or a water balloon.
But I remember once when I was about four years old, there was a little carnival and he picked me up and put me on a pony. It was a tiny gesture, probably something he forgot five minutes later. But because of that moment I have this special place in my heart for him. Because that's how kids are, the little things mean so much to them and for me, that one moment meant everything. I only experienced it that one time, but it made me feel really good, about him and the world.
But now I am a father myself, and one day I was thinking about my own children, Prince and Paris and how I wanted them to think of me when they grow up. To be sure, I would like them to remember how I always wanted them with me wherever I went, how I always tried to put them before everything else. But there are also challenges in their lives. Because my kids are stalked by paparazzi, they can't always go to a park or a movie with me.
So what if they grow older and resent me, and how my choices impacted their youth? Why weren't we given an average childhood like all the other kids, they might ask? And at that moment I pray that my children will give me the benefit of the doubt. That they will say to themselves: "Our daddy did the best he could, given the unique circumstances that he faced. He may not have been perfect, but he was a warm and decent man, who tried to give us all the love in the world."
I hope that they will always focus on the positive things, on the sacrifices I willingly made for them, and not criticise the things they had to give up, or the errors I've made, and will certainly continue to make, in raising them. For we have all been someone's child, and we know that despite the very best of plans and efforts, mistakes will always occur. That's just being human.
And when I think about this, of how I hope that my children will not judge me unkindly, and will forgive my shortcomings, I am forced to think of my own father and despite my earlier denials, I am forced to admit that me must have loved me. He did love me, and I know that.
There were little things that showed it. When I was a kid I had a real sweet tooth - we all did. My favourite food was glazed doughnuts and my father knew that. So every few weeks I would come downstairs in the morning and there on the kitchen counter was a bag of glazed doughnuts - no note, no explanation - just the doughnuts. It was like Santa Claus.
Sometimes I would think about staying up late at night, so I could see him leave them there, but just like with Santa Claus, I didn't want to ruin the magic for fear that he would never do it again. My father had to leave them secretly at night, so as no one might catch him with his guard down. He was scared of human emotion, he didn't understand it or know how to deal with it. But he did know doughnuts.
And when I allow the floodgates to open up, there are other memories that come rushing back, memories of other tiny gestures, however imperfect, that showed that he did what he could. So tonight, rather than focusing on what my father didn't do, I want to focus on all the things he did do and on his own personal challenges. I want to stop judging him.
I have started reflecting on the fact that my father grew up in the South, in a very poor family. He came of age during the Depression and his own father, who struggled to feed his children, showed little affection towards his family and raised my father and his siblings with an iron fist. Who could have imagined what it was like to grow up a poor black man in the South, robbed of dignity, bereft of hope, struggling to become a man in a world that saw my father as subordinate. I was the first black artist to be played on MTV and I remember how big a deal it was even then. And that was in the 80s!
My father moved to Indiana and had a large family of his own, working long hours in the steel mills, work that kills the lungs and humbles the spirit, all to support his family. Is it any wonder that he found it difficult to expose his feelings? Is it any mystery that he hardened his heart, that he raised the emotional ramparts? And most of all, is it any wonder why he pushed his sons so hard to succeed as performers, so that they could be saved from what he knew to be a life of indignity and poverty?
I have begun to see that even my father's harshness was a kind of love, an imperfect love, to be sure, but love nonetheless. He pushed me because he loved me. Because he wanted no man ever to look down at his offspring.
And now with time, rather than bitterness, I feel blessing. In the place of anger, I have found absolution. And in the place of revenge I have found reconciliation. And my initial fury has slowly given way to forgiveness.
Almost a decade ago, I founded a charity called Heal the World. The title was something I felt inside me. Little did I know, as Shmuley later pointed out, that those two words form the cornerstone of Old Testament prophecy. Do I really believe that we can heal this world, that is riddled with war and genocide, even today? And do I really think that we can heal our children, the same children who can enter their schools with guns and hatred and shoot down their classmates, like they did at Columbine? Or children who can beat a defenceless toddler to death, like the tragic story of Jamie Bulger? Of course I do, or I wouldn't be here tonight.
But it all begins with forgiveness, because to heal the world, we first have to heal ourselves. And to heal the kids, we first have to heal the child within, each and every one of us. As an adult, and as a parent, I realise that I cannot be a whole human being, nor a parent capable of unconditional love, until I put to rest the ghosts of my own childhood.
And that's what I'm asking all of us to do tonight. Live up to the fifth of the Ten Commandments. Honour your parents by not judging them. Give them the benefit of the doubt.
That is why I want to forgive my father and to stop judging him. I want to forgive my father, because I want a father, and this is the only one that I've got. I want the weight of my past lifted from my shoulders and I want to be free to step into a new relationship with my father, for the rest of my life, unhindered by the goblins of the past.
In a world filled with hate, we must still dare to hope. In a world filled with anger, we must still dare to comfort. In a world filled with despair, we must still dare to dream. And in a world filled with distrust, we must still dare to believe.
To all of you tonight who feel let down by your parents, I ask you to let down your disappointment. To all of you tonight who feel cheated by your fathers or mothers, I ask you not to cheat yourself further. And to all of you who wish to push your parents away, I ask you to extend you hand to them instead. I am asking you, I am asking myself, to give our parents the gift of unconditional love, so that they too may learn how to love from us, their children. So that love will finally be restored to a desolate and lonely world.
Shmuley once mentioned to me an ancient Biblical prophecy which says that a new world and a new time would come, when "the hearts of the parents would be restored through the hearts of their children". My friends, we are that world, we are those children.
Mahatma Gandhi said: "The weak can never forgive. Forgiveness is the attribute of the strong." Tonight, be strong. Beyond being strong, rise to the greatest challenge of all - to restore that broken covenant. We must all overcome whatever crippling effects our childhoods may have had on our lives and in the words of Jesse Jackson, forgive each other, redeem each other and move on.
This call for forgiveness may not result in Oprah moments the world over, with thousands of children making up with their parents, but it will at least be a start, and we'll all be so much happier as a result.
And so ladies and gentlemen, I conclude my remarks tonight with faith, joy and excitement.
From this day forward, may a new song be heard.
Let that new song be the sound of children laughing.
Let that new song be the sound of children playing.
Let that new song be the sound of children singing.
And let that new song be the sound of parents listening.
Together, let us create a symphony of hearts, marvelling at the miracle of our children and basking in the beauty of love.
Let us heal the world and blight its pain.
And may we all make beautiful music together.
God bless you, and I love you.

dimanche 12 juillet 2009

Chez Julie, près de la rivière "Never forget that only dead fish swim with the stream": Michael Jackson, un inspiration.

Chez Julie, près de la rivière "Never forget that only dead fish swim with the stream": Michael Jackson, un inspiration.

Michael Jackson, un inspiration.

(english text follows) Ceux qui ont pris un moment, pour s'interesser à la mission de Michael Jackson, auront entendus son message humanitaire d'espoir pour l'humanité. Son authenticité, sa sensibilité, son intensité ont été les leviers de sa popularité. Il était un perfectioniste et un innovateur dans son art et glorifié non seulement par de millions de fans à travers le monde mais unanimement par le milieu artistique lui meme. Il avait un don. Personne n'a jamais donné autant que lui a la charité mais il etait humble et n'a pas médiatisé ses oeuvres humanitaires. Il a apporté de la joie et de l'espoir a des milier d'enfants à travers le monde. Il était tres préoccupé par la situation mondiale et le souffrance des enfants.

Ces chansons transpirent ceci. Tout le monde qui a été pres de lui n'a que du bon a dire, parlant de sa douceur et de son interet sincere pour chaque personne qu'il a rencontré.

Si seulement les médias avaient été aussi respectueux et honnetes qu'il a lui meme été nous viverions dans un monde bien meilleur.

Si vous avez des préjugés, prenez donc le temps d'explorer son art et sa mission. Vous découvrirez un homme bien different de celui qui a été sali par les médias.

Il est un inspiration pour moi a regarder le monde avec un coeur d'enfant et de voir en chacun un etre exeptionnel. Il était tres inspiré par Peter Pan et en était une l'incarnation vivante. Il faut avoir un coeur tres froid pour ne pas voir ceci mais en effet, j'ai l'impression que beaucoup de monde ont perdu la magie de l'enfance et l'espoir d'un monde de paix et de joie. C'est triste à mourrir.

I relate to Michael Jackson in a way that many do, with the sensitive heart of someone with a lost or damaged childhood wich has served as a lever to a better understanding of life and the importance of loving children. I grew up till I was twelve in a religious sect that encouraged detachment and love of God only. I came into the modern world in 1984 and discovered Michael. I became a fan forever. I have passed on a love for your music to my own three children.
I also know how lonely one can be even in the midst of a loving family when you have not learned early on how to integrate the love offered.
Michael has inspired me to do something for the children of the world, starting localy and to use my unique abilities and love of children to bring joy into their lives.
Thanks Mister Jackson. I so wish we could have met for I feel we would have had much in common. You remind me to never stop dancing and let the music run through my body and thus become one with God. You knew that. I have never been so saddened by the passing of someone. I love you. I always knew you were a good man.

jeudi 25 juin 2009

Soirée de Contes

Mon fils a participé a un concours de conteurs l'an dernier ainsi que l'année précedente. Malheurusement, la personne qui se chargeait du projet a quitté son poste et donc l'évènement n'a pas eu lieu cette année. Je suis tombée sur cet article aujourd'hui que je n'avais pas lu à sa sortie et qui m'a bien touché. Voici donc l'extrait de l'article qui parle de mon beau Emrys:

Un véritable bout en train parmi les participants"Une mention se doit d’être accordée à Emrys Chapados, de Sainte-Justine, qui prenait part au concours dans la catégorie des 13 à 17 ans pour une deuxième année de suite. Même si ce dernier n’a pas gagné, son charisme, son expressivité et son naturel ont conquis d’emblée le cœur des spectateurs. Le jeune garçon ne manquait pas d’énergie, racontant même une autre histoire à quelques uns des spectateurs lors de l’entracte. « J’aime être sur un stage, voir la réaction des gens, les faire rire, avoir l’attention. J’aimerais être humoriste.», s’est il exprimé, plein d’entrain. « J’ai oublié un détail pendant mon histoire, le plus drôle!», a confié le jeune Chapados en s’empressant de le conter. "

Je suis tellement fiere de lui! J'aimerais qu'il puisse avoir plus d'ooportunités comme celle la.

lundi 15 juin 2009

Georges Leroux: Les nouveau Comenius?

Georges Leroux: Le nouveau Comenius?

images: source:
Source : Alena Skodova, Jan Amos Komensky, 20 mars 2002 (Czechs in History)
© 1996-2003 Radio Prague, Radio tchèque 7. Tous droits réservés
Courriel :

«Dans l'Avertissement aux lecteurs, par lequel s'ouvre sa Grande Didactique, Comenius écrit :Mais j'ose promettre, moi, une grande didactique, c'est-à-dire un art universel qui permet d'enseigner tout à tous avec un résultat infaillible ; d'enseigner vite, sans lassitude ni ennui chez les élèves et chez les maîtres, mais au contraire dans le plus vif plaisir ; de donner un enseignement solide, surtout pas superficiel ou formel, en amenant les élèves à la vraie science, à des moeurs aimables et à la piété de coeur. Enfin, je démontre tout cela a priori, c'est-à-dire en le tirant de la nature immuable des choses ; comme d'une source vive coulent sans cesse des ruisseaux qui s'unissent finalement en un seul fleuve, j'établis une technique universelle qui permet de fonder des écoles universelles.

''Voici un programme pédagogique bien modeste ! Enseigner toutes choses à tous les enfants, passe encore. Mais avec la garantie d'un succès infaillible ; plus encore, enseigner tout, à tous, infailliblement et rapidement, sans effort et sans peine. Autant dire apprendre en dormant, avec en plus la garantie de rêves agréables.Et un tel enseignement infaillible, procurant aux élèves et aux maîtres le plus vif plaisir, aurait pour effet de produire des moeurs aimables et même une vraie piété
Ainsi est attribuée à l'école une vocation messianique universelle, le salut du monde entier par voie pédagogique. C'est bien le but recherché par l'éducation américaine si bien analysée par Rousas J. Rushdoony dans son étude Le caractère messianique de l'éducation américaine35. Il y aussi dans cette vision d'une pédagogie infaillible et automatique, une conception mécanique du processus éducatif, comme si l'élève recevait l'éducation comme un vase reçoit l'eau qu'on y verse. Ici, dans un langage d'apparence chrétienne, Comenius nous présente un projet pédagogique utopique parfaitement mécanique qui ressemble fort à celui de nos psycho-pédagogues romands, petits imitateurs vaudois des Skinner et autres thaumaturges américains de l'école formative de la personnalité des enfants. L'utopie pseudo-chrétienne prônée par Comenius au XVIIe siècle est devenue, par une espèce de mutation laïcisante, le conditionnement mécanique de la psycho-pédagogie tant à la mode en ce XXe siècle finissant. »

Source: Jean-Marc Berthoud, Jean Amos Comenius et les sources de l'idéologie pédagogique.
Ce texte auquel nous vous renvoyons est lui-même un chapitre d'un livre de Jean-Marc Berthoud :L'école et la famille contre l'utopie, paru aux Éditions L'Age d'Homme à Lausanne en 1998.

Tentative de dialogue avec un pro-ECR


extrait de:
«L'approche consistant à isoler le droit de regard parental sur l'enseignement donné aux enfants, entre autres par la modification de la charte québécoise des droits et libertés et l'imposition du cours d'ECR qui dicte progressivement du primaire vers le secondaire, ce qui doit être enseigné et cru et ce qui doit être rejeté, ressemble étrangement à l'instauration du mouvement des jeunesses hitlériennes. Ces groupes qui prenaient en charge les enfants sous le IIIe Reich, s'appliquaient à les dissocier du lien de confiance avec les parents, souvent de conviction chrétienne, et leur enseignaient les vraies valeurs; celles que les parents, disaient-ils, ne pouvaient pas comprendre, parce qu'ils avaient reçu une autre éducation et étaient de ce fait dépassés; inaptes à comprendre les enjeux supérieurs que la jeunesse allemande pouvait saisir. Nous savons aujourd'hui les horreurs qui ont suivi un tel discours."

Moi je trouve que c'est justement pour ouvrir une nouvelle vision des autres religions, apprendre ...à les connaitre sans nécessairement vouloir les convertirs à la facon de Hitler. Je te trouve un peu extremiste ma chere!!! J'ai été en cathéchisme tout le long de mon école et tu le sais, je suis pas un Jesus-freak.Je crois que ca m 'aurait surement intéressé de connaitre la religion indou ou le boudisme meme la religion musulmane a des secrets que j'ai découvert juste en faisant des recherches et que j'ai trouvé fascinant sans toute-fois y croire, juste etre informé je crois que nos enfants ont le droit de l'être.salut

Oui, mais ce doit etre un choix. On ne peut pas l'imposer et punir ceux qui le refuse. T'imagines...Tous les petits juifs hassidims et les petits catholiques a la DPJ...

Tu as le droit d'aimer ce cours, comme d'autres ont le droit de ne pas l'aimer. Ce sont leurs enfants.

Ils ont enlevé des droits aux parents et aux enseignants et l'état s'est donné tout les droits en ce qui a trait a l'éducation religieuse de tous les enfants du Québec...beau respect de la diversité...
Je pense que ca vaut la peine de regarder les deux cotés de la medaille avant de prendre position.

ben en fait, je pense que la religion devrait être enseigné à la maison et non à l,école qui est laïque, ce cours c'est pour ouvrir les gens vers les autres réalités sans vouloir convertir,

c'est important de connaître toutes les réalités, on peut apprendre sur les différents régimes politiques sans vouloir devenir dictateur parce quOn a étudié castro..., ceux qui sont contre ce cours devraient plus le voir comme de la culture générale plutôt qu'un endoctrinement,
si le gouvernement imposait un cours de religion catholique, je serais contre, mais là, je vois ça vraiment comme un cours sociologique sur les différentes religions du monde, le gouvernemet ne change pas sa position là-dessus parce qu'il ya beaucoup trop de préjugés sur les différentes religions et en ayant ce cours, effectivmenet, on peut espèrer une ouverture sur les autres,oui je pense que ça aidera au respect de la diversité culturelHitler voulait homogénéiser sa population et éliminer la différence, ici c'est plutôt s'ouvrir aux différences et c'est important car à la quantité d'immigrant qu'il y a, il faut que tout le monde se comprenne et idéalement se respecte

Tu as raison, ce que tu dis est vrai mais ce sont les adultes qui ont besoin de ce cours. Ce sont de bien belles idées mais présenter les cultures et les religions a des enfants de facon neutre, c'est impossible. Ils doivent se construire une identité solide avant de se remettre en question, ce que le cours leur demande de faire.

Meme si beaucoup de monde aime le cours, et que c'est merveilleux comme tu l'imagines, les parents ont des droits et l'éducation de leurs enfants est leur devoir. S'il considerent que ce cours remet en question les valeurs et convictions qu'ils enseignent a leurs enfants, ils devraient obtenir une exemption.

Je ne suis pas contre les cours, mais contre l'obligation.
As tu lu la chronique de Martineau?

Tu crois vraiement, que l'école publique, qui a de la misere en 11 ans a apprendre a des enfants a lire et ecrire en francais, vont enrayer les conflits inter-culturelles? Tu fais vraiement confiance a l'elite pédagogique pour recréer la société en passant par tes enfants? Tu crois vraiement qu'il faut 11 ans de cours de culture religieuse? Tu trouves pas que c'est exageré? Tu trouves pas qu'il exagerent quand ils changent la charte des droits qui font des parents les premiers educateurs de leurs enfants? Quand ils enlevent au profs le droit de ne pas enseigner qqchose qui est contre leurs convictions? Tu trouve ca normal que le gouvernement peut arranger la charte des droits a sa guise comme ca?

extrait:"Il faut nommer les choses par leur nom : la conversion de l’école au multiculturalisme relève d’une stratégie délibérée d’endoctrinement de la jeunesse pour guérir une société de son identité nationale et lui en fabriquer une nouvelle, selon les méthodes de l’ingénierie identitaire. D’ailleurs, Gérard Bouchard l’a avoué lui-même dans son récent témoignage autour du procès ECR en disant que si ce cours avait été appliqué plus tôt, jamais il n’y aurait eu de crise des accommodements raisonnables."

"C'est-à-dire que si le cours avait déjà reprogrammé l’identité nationale telle qu’il entend le faire, les Québécois n’auraient pas réagi de manière critique à la multiplication des « accommodements raisonnables » symptomatiques de l’implantation du multiculturalisme. C’est ce qu’on a appelé en d’autres circonstances les « finalités sociales et politiques » du cours ECR qui vise une transformation radicale de la société québécoise.
Pat, il ne peut pas y a voir une chose bonne por tout le monde. Chacun a droit pour ces enfants a une education qui respecte les convictions et les valeurs de sa famille. Ce qui est bon pour certains, n'est jamais bon pour tout le monde. Le dialogue inter-religieux et inter-culture est difficile meme pour des adultes, et on ne comprends pas toujours bien notre propre culture et nos propres croyances. Ca prend beaucoup de maturité mais surtout le choix et la volonté de le faire.

Honnetement, tu penses que les gens qui refusent que leurs enfants suivent ce cours devraient etre punis comment? Car pour obliger qqchose, il faut mettre en place de mesure repressives...

La DPJ ne peut s'en meler car ce n'est ni de l'abus ni de la négligeance...

C'est un droit et meme un devoir universel d'enseigner ses croyances, ses valeurs a ses enfants. C'est pas le role de l'état.

premièrement, je ne crois pas que le cours est conçu pour remettre en question les valeurs religieuses que les parents ont inculqué, mais pour parler d'autres réalités que la leur,voir que la vie ne se limite pas ... Read Moreà notre famille et personnellement, je pense que ce serait une grande richesse, plus on a de connaissance, mieux on est, personne n'empêcherait un cours d'histoire où les enfants apprennent les différentes guerres, les régimes dictatoriaux parce que c'est contre leurs valeurs de paix et d'amour...c'est dans ce sens que moi je le vois

et Martineau...l'autre jour, il disait qu'il n'était pas contre le junkfood et qu'un enfant regarde la télé toute la journée, alors question morale, je ne suis pas sur qu'on puisse s'y fier, il dit d'ailleurs dans son article qu'il n'est pas croyant, alors son opinion n'est qu'hypothétique

pourquoi des punitions? les enfants qui n'ont pas fait le cours n'ont pas les points à leur bulletin, c'est tout,

premièrement, je ne crois pas que le cours est conçu pour remettre en question les valeurs religieuses que les parents ont inculqué...IL LE FAIT.

Les articles que je met en lien, ne sont pas mon opinion, mais de textes que je trouve interessants. Je ne suis pas un fan de Martineau, ce qui est surprenant, c'est que meme qqun d'aussi borné que lui peut comprendre que ce cours la est pas pour tout le monde.

pourquoi des punitions? les enfants qui n'ont pas fait le cours n'ont pas les points à leur bulletin, c'est tout,

NON. des enfants ont été en retenue et suspendus de leurs école et risquent de couleur leur année. Des enfants ont été punis pour avoir des opinion contraires a celles enseignés dans le cours, du genre expulsé du cours pour ne pas se plier a l'opinion dite universelle.

Des écoles privées ont été fermées ou menacées de fermeture.

Libre a toi de croire que ce cours est rose bonbon. Mais je te met en garde, ce n'est pas si simple et louptidoo que tu penses. Ce n'est jamais noir et blanc et il y a des aspects douteux a ce cours.
As tu bien compris: ILS ONT ENLEVÉ LA LOI QUI PERMETTAIT AUX PARENTS D'EXIGER DE L'ÉCOLE UNE EDUCATION CONFORME A LEURS VALEURS, SANS CONSULTATION PUBLIQUE et aux enseignants leur liberté de conscience. L'état est maintenant au dessus de parents en ce qui a trait de décider ce qui est dans le meilleur interet de l'enfant. Tu trouves ca correct toi?

Je suis depuis longtemps contre l'uniformisation du systeme scolaire et de ces programmes. Je suis pour la liberté et la diversité, tant dans le milieu scolaire que ailleurs.

Je te croyais plus patriote.

...Le cours d'ECR est vicié parce qu'il n'est pas centré sur l'instruction en matière de grandes religions, ni sur le civisme, buts qui seraient louables, mais sur une volonté crue de rééducation idéologique en faveur du multiculturalisme canadien, rebaptisé « pluralisme ».

Or, aborder le monde avec une perspective québécoise n'empêche en rien de s'ouvrir sur le monde, tandis qu'abolir la perspective québécoise sur le monde n'est qu'un moyen d'affaiblir radicalement l'identité québécoise et de menacer, à terme, la perpétuation de notre identité nationale et le terroir bien réel d'une de ces différences culturelles qu'on prétend chérir.

En somme, on se propose de promouvoir une chimérique diversité multiculturaliste, qui n'est qu'une autre forme d'intégration à une culture cosmopolite et très anglicisée, plutôt que de perpétuer le cadre d'une différence culturelle concrète, celle que définissent un peuple dûment constitué et une « société distincte »

La réflexion religieuse, l'échange d'idées sur la religion et la spiritualité et même la discussion ou le débat, ne s'imposent pas, ils se préparent et se font lorsque les parties sont disposées à le faire ( et assez matures pour le faire).

Éthique et culture religieuse - Un cours qui viole la liberté de conscience des hassidim
Le Devoir faisait état récemment d'une nouvelle ronde de négociations entre les autorités du ministère de l'Éducation et un certain nombre d'écoles confessionnelles privées qui se rattachent au courant hassidique, entre autres au sujet du nouveau cours d'éthique et culture religieuse.

Tiré de l'article cité: «À n'en pas douter, cette réaction est difficile à comprendre dans un contexte occidental où il est généralement admis, depuis le Siècle des lumières, que toutes les traditions religieuses se valent et qu'un individu éclairé peut se renseigner à leur sujet sans subir de préjudice particulier. Il reste que les hassidim rejettent cette perspective rationaliste, car ils craignent qu'elle n'équivaille à un déni de leur droit à une vie...»
ce sont les hassidim qui considère que le cours viole la liberté de conscience dans le texte. ce court extrait résume bien ma pensée,

«... il est généralement admis, depuis le Siècle des lumières, que toutes les traditions religieuses se valent... Il reste que les hassidim rejettent cette perspective rationaliste, car ils craignent qu'elle n'équivaille à un déni de leur droit à une vie...»

Pour un croyant, toutes les religions ne valent pas la leur. C'est ca le relativisme et il n'y a pas que les Hassidim qui s'y opposent. Il y a l'association Laic et des familles de toutes confessions et meme des agnostiques et de athées.

Je ne sais pas pourquoi tu a commencé un dialogue avec moi si tu crois que ce cours n'a que du beau et aucune possibilité d'effets pervers. Je comprends que tu trouves ce cours super, bon, je m'excuse mais je suis un peu sceptique.

je dis pas que c ultra-super-débile, je dis juste que la démocratie c'est ca, le monde on le droit de penser ce qu'ils veulent et le droit d'etre informé sur ce qu'ils veulent .Si il y en a qui veulent se mettre des oeuilieres chaque bord de la tete ,ben tant pis pour eux. Je crois que si ca a passé c'est qu'il y a une majorité.Il y aurait peut-etre moin de guerre dans le monde si chaque religion était tolérente sur la ne vois aucun effets pervers dans l'information d'un sujet.C'est un cours non une conversion.

"je dis pas que c ultra-super-débile, je dis juste que la démocratie c'est ca, le monde on le droit de penser ce qu'ils veulent et le droit d'etre informé sur ce qu'ils veulent .Si il y en a qui veulent se mettre des oeuilieres chaque bord de la tete ,ben tant pis pour eux. Je crois que si ca a passé c'est qu'il y a une majorité.Il y aurait peut-etre moin de guerre dans le monde si chaque religion était tolérente sur la prochaine"

C'est ca que je dis exactement. Sauf qu'il n'y a pas de démocratie ici. La grande majorité des quebecois sont catholiques alors en suivant cette logique de la majorité, toutes les écoles seraient catholiques. Et de plusLa vaste majorité des Québécois (76 %) sont d’accord pour que les parents aient le choix entre l’enseignement religieux confessionnel et le cours d’éthique et de culture religieuse.J'ai tres bien compris que tu trouves que ce cours fait ton affaire pour tes enfants.

La question que je te pose est celle-ci: Crois tu que parce que ce cours correspond a tes valeurs, qu'il est bon pour tous et que ceux qui sont contre ont l'esprit plus fermé que toi?et qu'on devrait leur imposer l'ouverture en passant par leurs enfants? Crois tu que ce cours devrait etre imposé aux enfants contre la volonté des parents? Crois tu que ces tous ces parents sont des integristes imbéciles avec de oeilleres? Ne peux tu pas concevoir une autre opinion, differente mais tout aussi valable?

C'est pas juste une position au niveau de croyances mais aussi poitique.

Ca vaut la peine si le sujet t'interesse toujours... : )

oui, je crois qu'il aidera à ouvrir les esprits fermés et je pense que c'est dans cette optique que le gouvernement ne change pas d'idée là-dessus, les enfants d'aujourd'hui sont les adultes de demain, ciao
bonne chance

Je viens de comprendre quelque chose. Dans mon experience, les gens qui, comme toi sont pour l'obligation de ce cours sans exception, sont ceux qui auraient le plus de besoin de le suivre. Ils sont incapables d'appuyer leurs opinions sur des faits, ou d'emmener leur idée plus loin et me dire quels mesures seraient mises en place pour appliquer l'obligation. Les Inuit ont refusé ce cours, comment les obliger? Comme dans l'ancien temps on va tous chercher leurs enfants et on les mets dans des écoles de blancs pour proteger les pauvres enfants sans education?
En ne répondant pas a ces questions, Ils entravent tout dialogue ou débat. Ils n'ont aucune ouverture a la diversité des experiences educatives et aucune confiance en les parents pour exercer ce role. Leurs enfants auront donc peut-etre besoin d'un cours pour apprendre a le faire.

C'est sur qu'on va etre pour quelque chose dont on a besoin.

Bonne chance!

"Celui qui dit ne pas comprendre ces parents et s'opposer à toute demande d'exemption
pèche doublement contre l'idéologie du programme: il ne respecte pas la conséquence du
dialogue (qui n'arrive pas à un accord) et il ne pratique pas complètement la tolérance qu'il

S'il vous plait, informez vous!

He that would make his own liberty secure, must guard even his enemy from oppression; for if he violates this duty, he establishes a precedent that will reach to himself. Thomas Paine

oulala, je ne tempêche pas d'enseigner à tes enfants aucune des religions Julie, je ne suis contre aucune d'elle tant que le respect et l,amour sont leur loi, l'état ne pense pas t'enlever ce rôle non plus, justement moi je pense que ce cours est fait pour lesenfants dont les parents sont trop dans LEUR religion, c'est tout, et dans nos échanges, c'est toi que je sens le moins réceptive et le plus agressive dans le propos
et dialogues et débat ...les parents qui sont contre ce cours n'en font pas, ils ne veulent rien savoir que les autres religions soient apprises à leurs enfants...

et sérieusement, moi, j'aurais trouvé fascinant avoir un cours ccomme ç
je ne pense pas que l'état va venir chercher tes enfants parce que tu veux pas qui suivent ce cours, ils vont juste perdre des points à leur bulletin et une petite note au dossier scolaire, pourquoi tu veux absolument qu'ils punissent
et pour amener des faits, en comparant au nazi, tes faits sont pas nécessairement approprié
je ne commenterai plus tes sujets, tu pourras continuer ta propagande...ah tiens, ça me fait penser à quelque chose ça!!!

moi: ``Et si on parlait simplement de liberté et de respect, les pro-ECR et les anti-ECR devraient s'entendre.

Autrefois, quand un non-catholique décidait que ses enfants n'avait pas à "subir" la religion d'un autre, son enfant était retiré des cours de religion.

Maintenant, dans une société laique, le GOUVERNEMENT IMPOSE aux catholiques, aux islamistes, aux juifs... et aux athées SA DÉCISION. Cela est sans appel : Je décide, tu ferme ta g......

Après 60 ans d'installation sournoise, c'est l'entrée officielle et évidente du TOTALITARISME au Québec.``

Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948...

Article 26.3: Les parents ont a priori le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leur enfant.

Pacte international relatif au droit civil et politique...

Article 18.4: Les États parties du présent pacte, s’engagent à respecter la liberté des parents et le cas échéant des tuteurs légaux de faire assurer l’éducation morale et religieuse de leur enfant conformément à leur propre conviction.

Protocole additionnel à la sauvegarde des droits de l’homme...

Article 2: L’État, dans l’existence des fonctions qu’il assumera dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement, respectera le droit des parents d’assurer cette éducation conformément à leur conviction religieuse et philosophique.

Assez clair ?

Je suis ouverte a ton opinion, tu as le droit d'aimer ce cours et de le vouloir pour tes enfants, je n'enleverais jamais a personne sa liberté.

Tu n'as pas le droit de voulloir imposer ce cours parce que tu penses que ce cours est fait pour les enfants dont les parents sont trop dans LEUR religion. Ils ont ce droit sur leurs enfants, que tu aimes ca ou non.

J'aimerais bien que tu me soulignes a quel endroit je suis agressive dans le propos et envers qui. Je n'ai en aucune endroit critiqué tes valeurs ou convictions ni celles de qui que ce soit.

Toi , tu m'as traité de: Je te trouve un peu extremiste ma chere!!!
c'est toi que je sens le moins réceptive et le plus agressive
tu pourras continuer ta propagande......

aussi de jugements de valeur:
les enfants dont les parents sont trop dans LEUR religion

ils ne veulent rien savoir que les autres religions soient apprises à leurs enfants...

je crois qu'il aidera à ouvrir les esprits fermés

en plus de ne répondre a aucune des mes questions et d'etre mal informé et incohérent. Désolé.

Veux tu que je souleves aussi ou tu te contredis toi meme?

ou tu utilses les meme arguments a nouveau alors que je t'ai répondu sans prendre en considération ma réponse?

A quel endroit as tu été receptif et as tu répondu a une de mes questions? ...

A quel endroit démontre tu que par le dialogue tu es ouvert a la diversité des croyances et des opinions?

Bon je te laisse tranquile. Ceci ne menera evidement nulle part mais au moins un bonne chose en resort, on se connait mieux.


lui: voir à la page 11, il explique le pourquoi de la mise en place du cours, je trouve le but noble et pas du tout pour brimer ta liberté de religion ou de conscience, tu pourras continuer à éduquer ta religion à tes enfants Julie, je t'ai jamais dit le contraireje suis contre l'obscurantisme religieux qui empêche les croyants (peu importe lesquels)de s'informer sur d'Autres façons de voir le vie, pour moi l'information, les connaissances aident à faire de meilleurs être humains, je ne sais pas comment te démontrer par écrit que je suis ouvert à la diversité des croyances qu'autrement qu'en te l'érivant, j'ai des amis musulmans, juifs, catholiques, athées etc... et pour l'extrémiste, je m'excuse, mais comparer le gouvernement aux nazis...quand on pense qu'ils mettaient les différents dans des chambre à gaz...

et tous les liens que tu ne cesses de mettre à tous les jours en ouvrant facebook, c'est tout ce que je vois, des liens contre ce cours..., je n'ai jamais voulu être agressif en t'écrivant soit dit en passant, mais je suis surpris, effectivement tout ce que tu me dis dans ton dernier texte, je pourrais te dire la même chose ,mais je ne le ferai pas, on arrête ça là, je te souhaite la paix et du bonheur pour toi et ta famille, je ne suis pas fâché, mais juste surpris que tu penses comme ça maintenant,

Je te remercie pour ta réponse respectueuse. Je l'apprécie et je suis aussi sans rancune. J'aime les gens qui sont authentiques et honnetes meme quand ils ne partagent pas mon opinion. J'ai toujours pensé comme ca, mais comme tu vois, on peut etre ami avec quelqu'un longtemps sans necessairement confronter nos convictions profondes par le dialogue forcé. Comme les enfants, on aime etre ensemble et on se fou pas mal de ca. Mon vécu et mes expériences personelles m'emmenent a interpreter comme je le fais l'imposition de ce cours.Je suis contre les hierarchies et j'ai assez confiance en l'etre humain pour croire que la liberté et la diversité des méthodes educatives ne menent pas au conflit. J'ai beaucoup étudié les pédagogies modernes, leur noble désir d'un monde meilleur, mais l'education publique uniformisée a aussi historiquement démontré sa capacité de diluer les cultures locales.Tu sais que ce guide a été ecrit non pour informer mais pour vendre le programme qui a couté tres tres cher a formuler et qui sera tres payant pour une certaine elite (ceux la meme qui l'ont concu)?J'ai étudié a l'université en petite enfance, je sais comment les présentations de programme sont vendeurs avec des beaux mots populaires. Quand on travaille dans un CPE on se re compte que c'est pas comme dans les brochures du tout. On se rend compte que l'état monopolise l'education, préférant subventionner l'enfant que s'il est dans un programme d'état uniformisé et ignorant les autres. L'idée de l'état qui amméliore sa société en passant par l'éducation des enfant est tres ancienne. Depuis la Rome antique que les peuples européens utilisent l'education gratuite pour assimiler des centaines de cultures aujourd'hui eteintes. Dans les années 50, on a fait le tour du grand nord en avion et on a ramassé tous les petits Inuit pas scolarisés pour les emmener dans le sud dans des couvents/orphelinats pour leur offrir une vraie education. Les pauvre ne savaient pas lire et écrire. Je crois que a ce moment aussi, la voloté etait noble mais la maniere de le faire intrusive. Les repercussions socio-culturelles ont été desastreuses et la culture Inuit transformé par le bris de la transmission inter-générationelle et une education non conforme a leurs traditions.Je crois qu'il y a des méthodes diversifiés d'éducation et que la grande majorité offrent a l'enfant la possibilité de s'ouvrir aux autres et d'etre respectuex et tolerants. Je suis convaincue que l'état n'a pas besoin de controler cela.Je n'ai pas de religion en passant, mais je respecte les croyants comme les non-croyants en etant agnostique, c'est a dire que je crois que toute vérité est valable et possible. Ce cours est donc exactement conforme a mes croyances! Sauf que je ne veux pas imposer mes valeurs sur les autres.

Moi, j'ai grandi jusqu'à douze ans, dans un milieu tres religieux. En tant qu'enfant, je préferais la securité que m'offrait la religion et je n'aurais pas voulu etre dans une ecole ou me demande de relativiser mes croyances. Je n'avais pas la maturité pour le faire. Juste le fait que mes parents ne partagent pas les memes valeurs semait chez moi une grande confusion. C'est a l'adolescence que j'ai eu la maturité de commencer a me chercher une identité propre, pas avant. Ca se fait naturellement et c'est different pour chaque personne. C'est un processus privé et personnel et qui dure toute la vie.Je ne crois pas en l'uniformisation de ces enseignements et je n'ai pas confiance en l'élite de l'état en terme d'éducation. Je connais tres bien les théories et philosophies educatives a la mode et je n'y adhere pas.A l'université, on etait pas emmené a questionner les theories mais a comprendre comment ils sont excellentes sous tendent les programmes que nous devions appliquer. J'ai failli ne pas recevoir mon diplôme parce que je crois que la famille est toujours mieux que la garderie et surtout la garderie d'état. Je crois que ce cours n'est qu'une continuité dans la deresponsibilisation des parents face a l'éducation de leurs enfants.La plus grande difficulté que j'ai avec la mise enplace de ce cours c'est le changement apporté a la charte des droits du Québec et qui reconnaissait que l'école est mandataire des parents et que ceux-ci ont leur mot a dire en ce qui a trait a ce qui est enseigné dans ce cours. Ce changement peut aller beaucoup plus loin que ce cours...C'est maintenant l'état, plutot que le parent qui a le dernier mot en ce qui a trait a ce qui est dans le meilleur interet de l'enfant.C'est a dire que si ta fille de 13 ans reviens de l'école et a appris ce que c'est la sodomie et le trip a trois, l'école est ans son droit et le parent n'a rien a dire. Aucun droit de dire oui mais mon enfant est pas rendu selon les statistiques, la plupart le sont. Alors maintenant, tous les enfants du quebec sauront que ces expériences font partie d'une sexualité normale. L'état s'est donné tous les droits et légalement, ni un enseignant ni un parent ne peut plus rien faire pour s'assurer que l'école respecte les valeurs des familles qui utilisent les services.Meme le francais est enseigné differement d'un prof a l'autre. Chacun peut utiliser ses méthodes. Pour le cours de ECR, aucune modification possible. Personellement, ca ne me dérange pas que les juifs, les témoins de Jehovah et Krsnas , autochtones ou autres aient leurs propres programmes d'éthique, mais l'état devrait permettre a ceux-ci d'adapter le programme pour partir de la réalité locale. Surtout si les parents paient par exemple pour envoyer leurs enfants dans une école privée confessionelle, alternative ou encore qu'ils font l'école a la maison. Je suis pour la diversité des programmes et je crois vraiement en la bonté et l'ouverture de la plupart des etres humains et qu'ils transmettront ces valeurs aux enfants par l'exemple. Je suis d'accord si le ministre veut s'assurer que l'éthique et la culture sont enseignées, mais en acceptant les méthodes et programmes equivalents.Regarde, voici la loi qui permet aux parents de faire l'école a la maison.15. Est dispensé de l'obligation de fréquenter une école l'enfant qui:4°reçoit à la maison un enseignement et y vit une expérience éducative qui, d'après une évaluation faite par la commission scolaire ou à sa demande, sont équivalents à ce qui est dispensé ou vécu à l'école.Comme tu vois, l'école est pas tout a fait obligatoire, car on accepte une enseignement equivalent. Ce qui veut dire que tout enfant peut recevoir un enseignement autre que celle de l'état. On a le droit d'engager des tuteurs privés par exemple. Par contre, comme pour les garderies, l'etat ne reconnaît et ne finance a 100% aucine institution sauf la sienne. On appelle ca monopoliser. C'est un systeme qu'on dit socialiste, comme notre régime d'assurance maladie et qui tend vers la médiocrité et l'uniformité.L'éthique et la culture religieuse a mon avis ne sont pas détaché de tout éducation qui se respecte et je ne vois pas l'interet de séparer cet enseignement de l'enseignement global. L'éthique et la culture d'apres moi, chacun l'integre naturellement dans son milieu. Ce ne doit pas etre controlé et évalué par des agents de l'état.On dit que l'imposition de ce cours est totalitaire parce que: le totalitarisme signifie étymologiquement «système tendant à la totalité, à l'unitéun régime totalitaire tente de s'immiscer jusque dans la sphère intime de la pensée, en imposant à tous les citoyens l'adhésion à une idéologie obligatoire, hors de laquelle ils sont considérés comme ennemis de la communauté.Les parents ont raison de se garder des droits, c'est ca LA DÉMOCRATIE, LE DROIT DE CHOISIR une éducation pour ces enfants. Dans tout les pays libre, il y a toutes sortes d'école avec toutes sortes de philosophies. On peut meme faire l'école a la maison (je l'ai fait pendant deux ans) Dans ces pays libres, pourvu que l'enfant recoit une instruction de base, l'état ne peut imposer un programme uniforme. Quand on fait l'école a la maison ou qu'on choisit une école alternative ou encore privée, c'est qu'on a choisi un programme different de celui du gouvernement. Cela ne veut pas dire pour autant qu'on n'ouvre pas l'enfant sur le monde et qu'on ne lui apprends pas la tolérence et le respect des autres croyances. Les gens qui enseignent a leurs enfant l'intolerence et le racisme sont des cas tres tres isolés.C'est pourquoi je crois que l'enseignement de l'éthique et de la culture religieuse doit demeurer diversifiée et adaptée a chaque réalité.